L’Île-du-Prince-Édouard cherche à interdire les saveurs – Réponse de ARIV

L’Association des Représentants de l’Industrie du Vapotage (ARIV), une voix de premier plan pour l’industrie canadienne du vapotage, est déçue par la dernière annonce du gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard (Î.-P.-É). Le projet de loi d’initiative parlementaire comprend des mesures visant à interdire les arômes de vapotage qui aident les fumeurs adultes à s’éloigner et à arrêter la cigarette et à restreindre les endroits où les fumeurs adultes peuvent acheter des produits de remplacement moins nocifs.

ARIV s’est engagée à travailler de façon proactive avec les organismes de réglementation et les législateurs pour lutter contre le vapotage chez les jeunes, mais les gouvernements doivent aussi trouver le juste équilibre afin de sauver les bénéfices pour la santé publique que les produits de vapotage offrent aux fumeurs adultes, tout en gardant les produits contenant de la nicotine hors de la portée des jeunes », a déclaré Daniel David, président-directeur général de ARIV

L’application d’une interdiction provinciale des arômes pourrait compromettre le taux de conversion des fumeurs adultes vers des produits de remplacement moins nocifs. La réglementation fédérale actuelle interdit déjà la promotion de certains arômes jugés attrayants pour les jeunes et cette dernière doit être appliquée. L’interdiction de la vente de tous les arômes de vapotage peut aussi avoir pour effet d’encourager ceux qui dépendent des produits de vapotage à acheter leurs arômes sur le marché noir, qui est absent des normes de fabrication et expose donc le vapoteur à un risque considérable.

De plus, les produits de vapotage devraient être facilement accessibles aux fumeurs adultes, particulièrement partout où la cigarette et le tabac sont vendus. Des études ont démontré que la limitation des points d’accès au détail réduit la probabilité que les fumeurs adultes actuels effectuent le changement, diminuant ainsi le potentiel de réduction des méfaits des produits de vapotage comme solution de rechange au tabagisme.

Nous appuyons le rôle du gouvernement provincial dans la lutte contre le vapotage chez les jeunes, mais ces mesures devraient être prises en coordination avec Santé Canada, notre organisme national de réglementation, afin d’éviter de créer une disparité de lois qui seront difficiles à appliquer et donc inefficaces », a conclu David.

Pour plus d’informations sur les positions de ARIV, veuillez consulter le site.

Requêtes Médiatiques:
Daniel David, PDG
Association des Représentants de l’Industrie du Vapotage (ARIV)
<a href=”mailto:media@vitaofcanada.com”>media@vitaofcanada.com</a>

Leave a Comment

Stay in the Loop

Receive updates and important news sent directly to your inbox.